Changement climatique : Les grandes villes et leurs agglomérations intensifient leurs actions pour maîtriser les consommations d’énergie et pour limiter les émissions de gaz à effet de serre

Selon le rapport 2011 de l’Agence Internationale de l’Energie, les émissions de rejets de gaz à effet de serre ont atteint un nouveau pic en 2010.
En novembre dernier, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) confirmait qu’il était pratiquement certain qu’à l’échelle du globe, les jours de canicule deviendront encore plus chauds et seront plus fréquents.
Au niveau mondial, un bilan provisoire de l’organisation météorologique mondiale indiquait le mois dernier que l’année 2011 était à ce stade la « 10ème la plus chaude à l’échelle du globe depuis le début des relevés de 1850 ».

Malgré ces constats alarmistes, les Etats ont eu grand peine à s’entendre lors de la conférence des Nations Unies sur le Climat de Durban (COP17) fin 2011, quant au principe et au calendrier d’un nouvel accord contraignant sur les émissions de gaz à effet de serre. On aura noté une véritable fracture entre l’Union Européenne, dans un rôle « moteur », et certains pays « freins » comme le Canada, les Etats Unis, l’Australie, la Russie… Certains on aussi souligné l’écart qui semble éloigner les scientifiques des Etats…
Il serait sans doute injuste de ne pas y voir quelques points positifs comme la sauvegarde du protocole de Kyoto (jusqu’en 2015) ou le droit aux collectivités de pays en développement de recourir au Mécanisme de Développement Propre (qui consiste pour des Etats ou entreprises à financer des dispositifs propres dans les pays en développement pour atteindre leurs propres objectifs d’émissions), comme le souligne Ronan Dantec, Sénateur de Loire-Atlantique, conseiller municipal de Nantes, conseiller communautaire de Nantes-Métropole et porte-parole « climat » de Cités et Gouvernements Locaux Unis.

Malgré ce contexte plus que tendu sur le front climatique, les grandes villes et leurs agglomérations poursuivent leurs engagements et leurs actions visant à réduire les consommations d’énergie, les émissions de gaz à effet de serre voire à s’adapter aux conséquences du changement climatique, au travers notamment de 3 démarches :

  • l’établissement d’un plan climat énergie territorial est certes désormais obligatoire avant fin 2012 pour les collectivités françaises de plus de 50 000 habitants, mais de très nombreuses grandes villes et agglomérations n’ont pas attendu les lois Grenelle pour s’y engager ;
  • pour certaines collectivités, c’est par le volet « climat » de leur agenda 21 local que la démarche a été engagée ;
  •   une quarantaine de grandes villes et agglomérations sont aujourd’hui signataires de la Convention des maires qui rassemble aujourd’hui plus de 3000 signataires en Europe impactant ainsi près de 131 millions d’habitant. L’AMGVF, en tant que structure de soutien de la Convention des maires, travaille à promouvoir cette démarche volontaire à travers laquelle la ville signataire s’engage à réduire d’au moins 20% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020.

Ces démarches volontaires témoignent du dynamisme des grandes villes à l’avant-garde des politiques nationales voire internationale.

C’est ce que montre l’étude sur la « Contribution des agglomérations au paquet énergie-climat : engagements, actions, opportunités et freins » que vient d’achever le CERTU, (sur une initiative du Ministère de l’Ecologie, l’AMGVF ayant participé au Comité de Pilotage avec l’ACUF et Energycities).
Cette étude met en exergue l’inventivité des grandes villes et agglomérations sur les sujets « climat et énergie » : elle analyse les engagements pris par une trentaine de grandes villes, communautés d’agglomérations et communautés urbaines au travers soit de leur agenda 21, soit de leur plan climat-énergie territorial, soit de leur plan d’actions de la Convention des maires.
Ces analyses ont identifié près de 2500 actions concrètes pour limiter les émissions de gaz à effet de serre que ce soit dans les domaines des transports, du bâtiment, du patrimoine de la collectivité, que dans le domaine « animation - mobilisation du territoire ».
L’examen de ces engagements a permis de montrer que les principales finalités de ces démarches sont d’une part, de définir un cadre stratégique mûrement réfléchi pour la collectivité dans le domaine de la lutte contre le changement climatique et d’autre part, d’amener à la mise en œuvre d’un ensemble d’actions efficaces, transversales et cohérentes pouvant parfois relever d’autres programmes ou dispositifs (PDU, PLH, …).
 

Fichier attachéTaille
CGDD Certu Bilans et engagements villes paquet-énergie-climat1.07 Mo
CGDD n°109 Janvier 2012 Contribution des villes Paquet Energie-Climat315.27 Ko
Support présentation Assises Energie Dunkerque Janvier 20121.32 Mo

Suivez-nous sur Voir notre flux RSSVoir notre page TwitterVoir notre page Facebook